AG du Comité du quartier Mocard du 4 juin 2008

Publié le par UMP-94 FSB

Hier s’est tenue l’assemblée générale du Comité du quartier des Mocards.

 

Etaient à l’ordre du jour l’état d’avancement des projets de la municipalité sur :

Le site des carrières, à propos de la fameuse « coulée verte », que les Fontenaysiens attendent depuis 20 ans.
L’ex institution Barbe.
- Le stationnement.
- L’état des rues.

 

Les questions mais surtout les réponses apportées concernent toute la ville.


La municipalité était très fortement représentée puisqu’au moins 4 conseillers municipaux étaient présents.

- Face au mécontentement des riverains en raison de l’inertie de la mairie, les réponses n’étaient pas à la hauteur des attentes : tant pour les Carrières que pour la Halle Roublot.

Le Directeur de l’urbanisme présent dans la salle a assuré que la mairie avait des projets précis pour ces 2 chantiers, que toutes les enquêtes avaient été faites mais qu’elle ne peut financer seule leur réalisation. Ce qui repousse les projets à une date indéfinie et cela malgré la nécessité des travaux.


- Le projet d’aménagement des Carrières date de 1986 !!! Aujourd’hui, il est estimé à 5 millions d'euros et la mairie n’a trouvé que 30 % du financement (subvention du département).

- Sur le site de l’ex institut Barbe, l’assemblée a appris que 60 logements seraient construits ainsi qu’une crèche et qu’un cheminement vert (toujours la coulée verte) impliquant la démolition de la fonderie rue Dalayrac serait aménagé en liaison avec le parc des carrières. 
Concernant la Halle Roublot, il a fallu l’étayer par une structure en bois pour "soulager" la charpente métallique déficiente. 
Le risque réel d'effondrement de la halle et celui lié à l'érosion des carrières a été rappelé mais aucune réponse concrète n’a été apportée.

 

Les élus ont par ailleurs rappelé que la réalisation de tels projets prendraient au minimum 5 ans !!!

Certains riverains sont intervenus en leur qualité de voisins d’un garage. Ceux-ci ont rappelé leurs demandes faites auprès du garagiste pour mettre le bâtiment aux normes actuelles. Ils ont fait état des nuisances qu’ils subissent causées par les bruits et les émanations de produits chimiques non filtrés (peintures et solvants) ainsi que des nombreuses mises en demeure faites, et de leurs plaintes auprès de la mairie.
  

Ils ont aussi souligné le fait que le garagiste utilisait la rue pour stationner les véhicules en réparation avec pour effet d’accentuer le problème récurent du stationnement dans leur quartier comme partout à Fontenay par ailleurs.

Ce garagiste indélicat est en train de céder son fonds de commerce. La reprise sera faite par des jeunes qui veulent se lancer dans la vie active et prennent le risque de devenir leur propre patron.  

Les riverains s'inquiètent de voir les nuisances continuer du fait de la vétusté du bâtiment. Mme Michon est intervenue sur le sujet. Elle a reconnu qu'elle ne disposait d’aucun pouvoir puisqu’il s’agit d’une transaction privée, mais elle a proposé de rencontrer les acquéreurs dans la semaine. Elle s’est engagée à  leur faire état de la situation, de leur demander de  mettre le bâtiment aux normes et de leur proposer de les appuyer pour l’obtention d’un prêt à un taux avantageux.  

Ainsi donc la municipalité qui connaissait de longue date les nuisances générées par ce garage et qui n’a rien fait pour obliger l’exploitant à y remédier, estime que ce doit être aux nouveaux propriétaires de le faire. Mais s’ils refusent ? Poser la question c’est y répondre au vu de l’inertie passée.


Pour le stationnement sauvage, M. Mallerin a dit que la police municipale avait reçu l’ordre de verbaliser les voitures mal garées. Quand on sait qu’il y a en tout 3 policiers municipaux pour 52 000 habitants et 86 km de rues, chacun comprendra qu’il s’agit au  mieux d’un vœu pieux et au pire d’une galéjade.

 

Lorsque les riverains ont souligné la saleté de la voirie et l'absence de poubelles, M. Mallerin a dit que le sujet était débattu à la mairie : pour ou contre les poubelles transparentes, une question existentielle... !

 

Certains disaient « on a pas de pétrole mais on a des idées ». A Fontenay, la municipalité a des idées mais elle n’a pas d’argent dit-elle ! Mais où donc passent nos impôts ???

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article