Campus 2008 : confiance et unité au programme !

Publié le par UMP-94 FsB

Le Campus de Royan a remporté un franc succès, Par opposition à l’Université d’été du PS qui était une série de camps retranchés, l’UMP, elle, a fait preuve d’unité.

Le campus peut se résumer en un mot la « confiance », car la confiance permet l’unité et le débat d’idées, alors que le doute, présent dans toutes les autres formations politiques de notre pays, crée  la désunion et la division.

L’UMP a recu le Président de l’UNEF, lors du Campus des Jeunes Populaires ; le débat  s’est fait, dans le respect. Ce qu’a réussi à faire l’UMP, aucun autre parti n’en est capable.

Avec 23 chats thématiques, un grand débat sur le téléchargement illégal, la présence de plusieurs milliers de jeunes, de ministres, de cadres, d’élus, le Campus a été un temps fort marquant, qui fait définitivement entrer l’UMP dans une nouvelle ère.

Le leadership de Nicolas Sarkozy a donné une force incontestable à l’UMP, cela nous donne l’envie de faire de la politique différemment et d’être encore plus ouvert aux Français, c’est notre obsession.


Benjamin Lancar a été élu à cette occasion Président des Jeunes Populaires.



Samedi, Philip Gordon, conseiller pour l’Europe de Barack Obama, était l’invité en duplex des Etats-Unis, d’un chat thématique. Il a répondu à des questions de jeunes pendant plus de 30 minutes. L’UMP est fière d’avoir pu tisser des liens avec Barack Obama ainsi que de l’hommage de Philip Gordon à la politique de Nicolas Sarkozy.

 

L’UMP aime sa jeunesse qui

Bouge , qui crée, qui bouillonne, parce

Que ce sont ces jeunes qui, demain,

exerceront   des responsabilités

La jeunesse, c’est l’âge du possible. Le monde pour seule mesure. Le temps des promesses. Du guet, de l’action, des audaces. Mais la génération des 15-30 ans est la jeunesse la plus pessimiste d’Europe, comme le révélait un sondage récent. Une telle situation est désolante. Elle justifie toutes les urgences, tous les engagements, toutes les mobilisations. Et, d’abord, celle de la génération Sarkozy, celle qui refuse les conservatismes de tous bords. Un pays qui ne fait pas confiance à sa jeunesse est un pays qui choisit de ne plus avoir d’avenir. Il est de la responsabilité des aînés de jouer leur rôle d’éducateur et de transmission. Et, d’abord, à l’égard de la jeunesse militante. L’engagement d’un jeune militant vaut autant que tout autre. Il suppose déjà des sacrifices, un idéal, une capacité quotidienne de mobilisation. Et cette jeunesse-là mérite qu’on lui fasse confiance.

Aujourd’hui, nous portons haut et fort les couleurs du changement. Nous portons haut et fort les couleurs de la modernité. Nous portons haut et fort ce mot d’ordre mobilisateur : aujourd’hui, la jeunesse qui bouge a changé de camp ; aujourd’hui la jeunesse qui bouge est à l’UMP ; aujourd’hui, la jeunesse qui bouge est avec le Président de la République .

Jérome Youssef,
Responsable des Jeunes Populaires et des Jeunes Actifs à Fontenay-sous-Bois.

Publié dans JEUNES POP'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article