Plan de soutien à l'économie

Publié le par UMP-94 FsB

La France a annoncé lundi un plan de soutien à son système bancaire d'un montant total de 360 milliards d'euros qui prévoit notamment une garantie de l'Etat au refinancement des banques plafonné à 320 milliards d'euros.
Nicolas Sarkozy a officialisé la création d'une société publique, dont l'Etat sera l'unique actionnaire, afin de fournir des fonds propres aux établissements bancaires si nécessaire.
"Le plafond de cette garantie est fixé à 40 milliards d'euros", a précisé le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse.
La Société de prises de participation de l'Etat (SPPE) a été créée pour porter la prise de participation de 5,7% décidée par l'Etat français dans Dexia pour un milliard d'euros.

S'agissant de la deuxième société, elle vise à refinancer les banques. L'encours des prêts garantis est plafonné à 320 milliards d'euros .
"Les emprunts émis par cette société seront garantis par l'Etat" et "cette garantie ne sera pas accordée sans contrepartie", a précisé le Président Français.

La volonté de ne pas faire supporter cette charge par les contribuables a pour conséquence de faire payer cette garantie qui  sera accordée à un prix normal du marché et assujettie à la signature d'une convention fixant les obligations des établissements bénéficiaires sur le plan éthique notamment.

La responsabilité de tous les acteurs économiques sera mise en cause en cas de problème.

La garantie sur les dettes, qui sera en vigueur jusqu'à fin 2009, doit permettre de relancer le marché interbancaire dont la quasi-paralysie est la principale cause de l'aggravation de la crise financière ces dernières semaines.
Les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone Euro se sont engagés à venir en aide à leurs banques en difficulté sous forme de garanties de leur dettes et d'injection de capital là où cela s'avère nécessaire.

La France, dans le cadre de la présidence de l'union européenne, a pris l'initiative de ce plan de soutien de l'économie. Rappelons que le sommet des membres européens du G8 a eu lieu à Paris et non pas à Bruxelles. C'est un signe révélateur du rôle retrouvé de la France à l'international.

Un projet de loi de finances rectificative a été présenté mardi au Parlement Français pour mettre en oeuvre le dispositif. Le parti socialiste, s'est abstenu de voter. Une telle attitude est irresponsable et irrespectueuse de la souffrance des gens touchés par la crise.  C'est surtout la preuve d'un manque de courage car, malgré l'abstention, le PS n'a fait aucune proposition !!

Publié dans Grandes mesures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article