Compte-rendu du Conseil Municipal de Fontenay-sous-Bois du 23 octobre 2008

Publié le par UMP-94 FsB

Jeudi dernier 23 octobre, le conseil municipal s'est réuni dans la salle du conseil. Agnès Arcier a été excusée pour la première fois, elle n'a pu assister au Conseil pour cause de déplacement professionnel et Christophe Esclattier n'est pas présent...

Fait exceptionnel, la salle était pleine !

Des parents d'élèves des écoles Elisa Lesourd et Françoise Dolto réclament des agents d'accueil. Depuis le mois de février une personne s'occupant de l'accueil des enfants à la maternelle Elisa Lesourd partant à la retraite n'a pas été remplacée. La sécurité n'est plus assurée. Malgré diverses demandes ( associations de parents d'élèves, pétition, mails) et après une réunion avec Mme Antoine, aucune solution n'est proposée. L'école Françoise Dolto présente un problème identique d'accueil depuis le mois de septembre.
 


Mais les parents n'étaient pas les seuls venus avec des réclamations. En effet, un point supplémentaire a été rajouté à l'ordre du jour, il concerne le service d'accueil minimum dans les écoles. De nombreux professeurs étaient venus grossir les rangs de la majorité municipale. En effet, celle-ci a rajouté un point à l'ordre du jour demandant au conseil municipal de valider un point hors la loi, à savoir le refus de l'application du service minimum d'accueil.  Rappelons que le service minimum d'accueil dans les écoles n'a pas pour but d'empêcher une grève comme cela est souvent répéter mais de garantir aux élèves et aux parents qu'en cas de grève aucun élève ne sera pas accueilli à l'école. Les parents ne seront plus dans l'obligation de prendre une journée de congés pour garder leur enfant. Si le but avait été de casser une grève, la loi aurait prévu que l'accueil soit fait par des professeurs qui assureraient les cours en remplacement. Or il n'a jamais été question de nuire au droit de grève mais juste de ne pas faire peser aux parents un conflit qui n'est pas le leur. 
 
Les professeurs ainsi que les représentants de la FCPE, association apolitique comme tout le monde le sait et dont la représentante était une prof syndicaliste bien connue de M. Saint Gal, ont salué l'intervention du maire. En plus du désengagement de l'état( éternelle ritournelle de la municipalité communiste) nous avons eu droit à la garantie apportée par l'état pour soutenir les banques. 
Tout le monde, y compris à l'UMP, dénonce l'irresponsabilité de certains gérants mais le pragmatisme, contrairement à l'idéologie destructrice de certains, nous force à tout faire pour limiter l'impact de cette crise financière sur notre économie. Le secteur bancaire est un des principaux employeurx privéx et permet aux entreprises de se développer par le crédit. Laisser les banques s'effondrer était tout simplement impensable. Parallèlement à ça, le gouvernement souhaite moraliser le capitalisme en punissant les responsables et e supprimant les parachutes dorés. La suractivité du président au niveau international va dans ce sens. L'implication de tous les pays, pas seulement ceux du G8, montre la nécessité de traiter ce problème dans sa globalité en tenant compte des impacts sur les pays les plus faibles.
 
Marie-France Jourdan a tenté de prendre la parole et cela malgré les huées des professeurs dans la salle faisant preuve d'un manque de correction flagrant. Mme Jourdan a dû demander au maire à plusieurs reprises de faire régner l'ordre en obtenant des professeurs qu'ils se taisent ( un comble lorsque l'on sait qu'ils n'hésitent pas à sortir un élève trop bruyant!!!). Elle a rappelé que le but du gouvernement n'était pas de casser le système scolaire comme cela a été dit mais que depuis 1990 le nombre de professeurs a augmenté de 4,5% tandis que le nombre d'élèves baissait de 3,3% sur la même période et que le nombre d'élèves arrivant en sixième sans savoir lire ni écrire était en progression. Il y a donc un vrai problème d'adéquation du système scolaire. 
 
On peut quand même s'étonner de voir la municipalité communiste voter une délibération hors la loi puisque le tribunal administratif a décrété une telle attitude hors la loi (Bertrand Delanoë a été débouté de la même demande). On peut également s'étonner que les élèves et les parents ne soient pas la priorité de la municipalité qui n'hésite pas, par opposition systématique au gouvernement,  à aller contre les attentes des personnes qu'ils prétendent défendre.
 
La fin du point 1 exceptionnel a vu la salle se vider de son public ; comme quoi, la citoyenneté peut s'arrêter à un seul point... Le reste de l'ordre du jour a été expédié en 45 minutes.

Une nouvelle et énième commission sur l'eau potable a été créée (1er rendez-vous le mardi 18 novembre en fin d'après-midi) par M. Bénédicte qui encence le SEDIF, syndicat intercommunal. Mais y aurait-il dans cette action des intentions cachées de syndicalisation de l'eau à des fins de monopole ? Notons que M. Damiani a appuyé le fait que dans le Val de Marne, c'est Saint-Maur-des-Fossés, commune de la majorité présidentielle, qui détient le prix de l'eau le plus bas. M. Carré dénonce, lui, le "monopole crapuleux" de Véolia.  

Enfin le conseil s'est clotûré sur un voeu des Verts sur le SDRIF : ils veulent une adoption rapide au conseil d'Etat. D'ailleurs Mme Abeille souhaite la création d'une nouvelle et énième commission sur le SDRIF / Espaces verts des Carrières....

Tout élu ou sympathisant UMP est bien évidemment convié dans la mesure où il disponible durant les heures de bureau. Puisqu'à chaque conseil municipal, nous voyons naître une nouvelle commission (25 commissions annoncées : les 22 apparentes sur le site officiel de Fontenay plus la commission hebdomadaire de validation des candidats aux logements sociaux et les deux nouvelles suscitées...). Sans compter la caisse des écoles, le CCAS (hebdomadaire), la commission de contrôle des 140 engagements...etc.....

A ce rythme, les élus de l'opposition devront procéder à des dédoublements corporels...

Publié dans Conseils Municipaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article