La nomination du président de France Télévision

Publié le par UMP-94 FsB

 

Le vote de la réforme de l'audiovisuel est actuellement entravé par l'opposition socialiste qui dénonce aujourd'hui les réformes qu'elle appelait de ses voeux. Encore une fois, les socialistes annoncent des contre-vérités pour justifier leur incapacité à exister en-dehors de la polémique. L'argument avancé porte sur la nomination du président de France Télévisions. Les récents sondages montrent que les français plébiscitent la réforme de l'audiovisuel dans son ensemble avec cependant une crainte concernant ladite nomination.


Jusqu’à maintenant, le Président de France Télévisions était nommé par le Président du CSA, lui-même nommé par le Président de la République.

Désormais il sera nommé en conseil des ministres.


Cette nomination directe est ainsi encadrée. Il faudra d’une part un avis conforme du CSA, d'autre part un avis des commissions des affaires culturelles de l'Assemblée Nationale et du Sénat, conformément à la récente révision constitutionnelle. Le Parlement est ainsi désormais associé au processus de nomination.

La révocation du Président est elle-aussi encadrée : elle doit intervenir par décret motivé, après avis conforme, également motivé, du CSA.

Beaucoup s'inquiètent d'une télévision publique qui serait pilotée par l'exécutif et donc à la solde du Chef de l'Etat. Rappelons que le président de France Télévisions dirige les chaînes dans leur ensemble et que la ligne éditoriale d'un journal n'est pas dictée par le président de la chaîne mais par le responsable de l'information.

L'indépendance et la probité des journalistes ne sont pas non plus à remettre en cause.

 

Publié dans Grandes mesures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
C'est bien la gauche qui crie au musellement de la presse ! Je ris... Nous avons la chance en France de pouvoir tout lire (Le Canard, Marianne...) avec leurs titres racolleurs... Et même à le télévision, beaucoup de journalistes sont de gauche, comme les soit-disant artistes... Donc, moi, je ne vois pas de censure, pas de muselage... Jamais un Gouvernement n'a osé s'exprimer sur ses actions, ses choix, et ça, cette modernité, ça dérange ! Alors que tous les membres du Gouvenrment sont sollicités sur les plateaux de télé et répondent volontiers à tous les détracteurs, leurs opposants... Tout cela est nouveau pour la gauche...
Elle qui est adepte des non-dits, des petites guéguerres internes... Et qui se retrouve sur le devant de la scène, non pas pour de belles propositions, mais pour des faits divers d'enquêtes préliminaires.... Mouais...
Répondre