Bilan de la présidence française de l'UE

Publié le par UMP-94 FsB

La France a pris la présidence de l’union européenne pour 6 mois. Le mandat est arrivé à échéance au 31 décembre 2008.

La France est parvenue à surmonter les désaccords qui existaient entre les 27 Etats membres et à faire parler l’Europe d’une seule voix sur la scène internationale.

Il était primordial que les 27 affrontent ensemble la crise économique. Il y avait des désaccords qu’on pensait irréductibles entre les uns et les autres… Le Président de la République a réuni tout le monde autour de la table pour trouver une solution européenne à la crise. De ces somments, l’union européenne a acté le plan de relance commun porté par la Présidence française, pour un montant de 200 milliards €, soit 1,5 % du PIB européen.

 

La Présidence française a été marquée par la crise qui a révélé des disfonctionnements profonds dans le fonctionnement du capitalisme financier. Nicolas Sarkozy a porté, au nom de l’Union, un projet de refonte du capitalisme financier.La première phase de ce processus a déjà eu lieu à Washington, le 15 novembre dernier. La seconde devrait avoir lieu après l'investiture de Barack Obama.

Le « non » au référendum sur le Traité de Lisbonne des irlandais a été un des points sensibles de ce mandat.
Sur ce sujet non plus, la Présidence française n’a pas ménagé ses efforts. L’objectif était de montrer à l’Irlande que le traité porté par Nicolas SARKOZY n’enlevait rien aux Etats, tout en permettant à l’Union de fonctionner plus efficacement. Cet effort de pédagogie a convaincu l’Irlande de soumettre la ratification du Traité de Lisbonne à un nouveau référendum, qui aura lieu d’ici au mois de novembre 2009 !

 

C’est sous la Présidence française que l’Union pour la Méditerranée a été lancée. Ce projet ambitieux, porté avec conviction par le Président de la République, concrétise la volonté que les peuples européens, nord-africains et moyen-orientaux ont eue de se rapprocher les uns des autres autour de sujets essentiels à leur développement commun. 

 

Lors du conflit russo-géorgien, le Président de la République est parvenu à faire en sorte que l’Union se pose en garant des règles fondamentales du droit international. L’Europe a obtenu la cessation des combats et l’ouverture de pourparlers entre les protagonistes ! C’était la première fois que l’Union européenne arbitrait un conflit international !

 

La lutte contre le réchauffement climatique et contre les dépenses d’énergie sont des enjeux majeurs pour l’humanité entière. Nous, Européens, avons le pouvoir de modifier nos habitudes pour les rendre plus conformes au principe de développement durable.

Le sommet européen de Bruxelles des 11 et 12 décembre 2008 a abouti à un accord historique, le paquet « énergie/climat » ! Les Etats membres ont acté des principes essentiels pour l’avenir de l’Europe et du monde : la réduction de 20 % des gaz à effet de serre d’ici à 2020, le passage à 20 % d’énergies renouvelables dans l’Union et la réalisation de 20 % d’économie d’énergie ! Avec ces objectifs dits « 3 x 20% », l’Union s’est dotée des règles les plus contraignantes au monde, au nom du respect de l’environnement ! 


Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article