La mise en place du Pôle emploi

Publié le par UMP-94 FsB

Pôle Emploi est la création d’un organe unique du Service public de l’Emploi, par la fusion de l’UNEDIC et de l’ANPE. Il est entré en action le 05 janvier.

La réforme du service public de l’emploi comme tout service public a un double but :

1) cesser de jeter l’argent public par les fenêtres.

2) offrir aux usagers un vrai service



 

Aujourd’hui, 60 000 dossiers restent en souffrances dans les bureaux, alors que 300 000 offres d’emploi sont non pourvues.

 

Les changements de fonctionnements sont importants : un numéro unique, un site Internet unique, et surtout un guichet et référent unique pour chaque usager, entrepreneur ou demandeur d’emploi. 

 

Le taux de chômage augmente sérieusement, en cette période de crise, même s’il n’atteint pas le taux de certains de nos voisins comme l’Espagne (11,3% au dernier semestre). Il est de 7,3% au dernier semestre 2008 et pourrait remonter à 8% ce semestre. Le nombre d’inscrits à l’ANPE en octobre et novembre derniers a connu un taux record.  C’est aujourd’hui que le nombre de chômeur augmente à cause de la crise. Aujourd’hui le dispositif est en place pour les accueillir : 30% des agences seront opérationnelles en mars, 100% à l’été.

 

En novembre dernier, la mobilisation contre la réforme était de 60% des employés des Assedic ; aujourd’hui elle est de 15%. Cela prouve que la réforme a été comprise et acceptée par la grande majorité de ceux qui formulaient hier une inquiétude.

 

Du côté de l’ANPE, ils étaient 48% mobilisés le 1er décembre, quatre jours après, ils n’étaient plus que 30%. La grève ne mobilise pas sur le fond, elle est transitoire. De fait, les revendications des grévistes ne touchent absolument pas au fond. Ce sont les « modalités de mise en place » que l’on conteste. Mais tout le monde admet que sur le fond, le Pôle Emploi est une bonne chose et que nous avons raison de le mettre en œuvre.

 

Il est normal qu’une réforme d’une telle ampleur suscite des interrogations.  Mais finalement la grève est relativement peu suivie : à peine 20% du personnel, alors que tous les syndicats appelaient à la grève.

Publié dans Grandes mesures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article