La lutte contre la délinquance

Publié le par UMP-94 FsB

En 2008, la délinquance a diminué de 0,86 %, pour atteindre son plus bas niveau depuis 11 ans. Ce nouveau recul est la preuve que là où certains ont renoncé (+ 17 % entre 1997 et 2002), il est possible de réussir.

 

Ce qui est important dans cette baisse, c'est que c'est la délinquance qui touche le plus directement les Français, dite « de proximité », qui diminue le plus : - 6,3% entre 2008 et 2007, cela représente environ 103 000 personnes épargnées.

 

Les violences contre les personnes comptabilisent les violences crapuleuses et les violences non crapuleuses. Or, les violences crapuleuses diminuent nettement (-5,48%), et c'est l'augmentation des violences non crapuleuses (+6,41 %) qui explique l'évolution générale des violences contre les personnes (+2,4%). 

 

Cette augmentation est largement due à la meilleure prise en compte des violences intrafamiliales. Ces violences, particulièrement difficiles à détecter en raison des rapports qui unissent les victimes de ces violences et leurs auteurs, font l'objet d'une prévention et d'un suivi accrus, qui encouragent les personnes qui les subissent à les déclarer de plus en plus.

 

Le taux d'élucidation est toujours en augmentation et atteint aujourd'hui 37,6 %, contre seulement 26,3 % en 2002. Un taux d'élucidation de 37,6 %, cela signifie que plus d'une affaire sur trois est résolue, contre à peine une sur quatre en 2002.

 

La gauche nous reproche de faire une « politique du chiffre »... Si elle entend par là que nous nous sommes fixé des objectifs et que nous mettons tout mettre en oeuvre pour les atteindre, alors oui, nous faisons une « politique du chiffre ». Et nous continuerons dans cette voie, pour remplir complètement les missions que nous ont confiées les Français.

 

Si nous voulons continuer d'être efficace dans la lutte contre la délinquance, il faut optimiser et renforcer les moyens des forces de sécurité.

 

C'est ce que nous faisons lorsque nous plaçons sous l'autorité du ministère de l'Intérieur les forces de gendarmerie. Désormais, les 100 000 gendarmes et les 150 000 policiers oeuvreront ensemble à la sécurité des Français.

 

C'est aussi ce que nous faisons lorsque nous mettons 1 milliard € sur la table dans le cadre de la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI) pour moderniser les moyens des forces de sécurité au cours des cinq prochaines années (lecture automatisée des plaques d'immatriculation, enregistrement des gardes à vue, augmentation de la vidéoprotection, modernisation de l'armement, renouvellement du parc automobile, rénovation et construction de locaux, etc.). 

 

L'offensive est aussi menée dans le domaine de la criminalité organisée. La cybercriminalité est l'un des phénomènes croissants de la délinquance contemporaine. Nous menons une lutte sans relâche contre ce phénomène grâce à la nouvelle possibilité qu'ont les enquêteurs de capter des données, à la plateforme de signalement des contenus illicites sur l'Internet et à la création du délit d'usurpation d'identité. 

Publié dans Grandes mesures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Après l'agression de la supérette rue Notre Dame le vendredi 6 février, c'est la chocolaterie dans la même rue le 19 qui est mitraillée. La semaine précédente rue dalayrac c'était le tour du fleuriste .<br /> Sommes nous à Chicago sous Bois?<br /> Ne serait il pas temps de réclamer à nouveau une vidéo surveillance?
Répondre