Conseil Municipal du 26 juin 2009, modification du budget

Publié le par UMP-94 FsB

Conseil municipal du 26 juin 2009

 

UNE DECISION MODIFICATIVE DU BUDGET PLEIN D’AMATEURISME

 

Marie-France Jourdan a fait la démonstration de l’absence totale de rigueur avec laquelle la majorité socialo-communiste gère la ville. La mairie fait un budget au mois d’avril qui ne prend pas en compte des travaux  d’investissement et deux mois après, évidemment, ils passent en fonctionnement. Donc, il y a deux hypothèses, soit l’incompétence, soit le mensonge.

 

Mme Jourdan :

« On ne peut que souligner une fois encore l’amateurisme et l’absence de rigueur dans la gestion de la commune. Le budget a été voté il y a deux mois. Ce budget était très imprécis et nous l’avons alors fait remarquer. Il était dès lors prévisible que nous soyons obligés de nous présenter deux mois plus tard une série de décisions modificatives.

 

Qu’est-ce qui motive ces décisions modificatives ? Il faut modifier le budget pour appliquer des textes datant pour l’un de 2007, arrêté du 13 décembre 2007 relatif à l’instruction budgétaire et comptable M14 applicable aux communes et 2008 pour l’autre, le décret du 18 juin 2008 modifiant le régime de mise à disposition applicable aux collectivités territoriales. Donc, des textes bien antérieurs à la construction du budget voté en avril 2009 et qui auraient dû être pris en compte par celui-ci, ces textes étant connus depuis plusieurs mois. 
 

Motivation: l’absence de fiabilité voire de sincérité des engagements budgétaires puisqu’ils s’avèrent être sensiblement modifiés au bout de deux mois. C’est ainsi que le budget dédié à la rénovation du Groupe scolaire Pasteur et de la Halle Roublot se trouve largement grignoté malgré une présentation faite il y a deux mois avec une certaine emphase d’un budget d’investissement tourné vers l’avenir. Grignoté pourquoi ? pour remplacer les vitres de la Mairie, les stores d’autres écoles, un bac à graisse, faire des travaux sur le pigeonnier de Jean Zay, changer des faïences dans les douches d’un gymnase. Tous ces travaux sont des travaux de fonctionnement au détriment encore une fois de l’investissement dans la ville pour développer et en améliorer les infrastructures. Et tous travaux qui, contrairement à ce qui a été dit, pouvaient largement être anticipés avant la présentation du budget. J’imagine que toutes les vitres, les stores et les faïences ne se sont pas cassés depuis le mois d’avril. D’autant que Monsieur BEDOURET vient de nous avouer que les travaux étaient engagés depuis le 1er janvier."

Publié dans Conseils Municipaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article